Automobile

Assurance automobile

Assurer sa voiture est obligatoire, que cela soit en formule Tiers c'est à dire garantir l’indemnisation des dommages causés aux tiers par la faute du conducteur du véhicule ou d’un de ses passagers ou en formule tous risques qui couvre tous les dommages matériels subis par le véhicule, quel que soit le type d’accident ou la faute commise par son conducteur.

Quels types de véhicules?

  • Assurance auto
  • Assurance caravane
  • Assurance camping-car
  • Motos
  • Voiturettes...

Nos garanties :

  • Assistance 0 km
  • Effets personnels
  • Panne mécanique
  • - 10 000 km


Assurance auto : les autres points à vérifier

Etre bien assuré c’est aussi…

Conduire avec des papiers en règle

En effet, en cas d’accident, si le conducteur responsable n’a pas l’âge requis ni le permis approprié, vous pourrez être amené à rembourser des sommes versées

aux victimes, l'indemnisation de votre véhicule pourra également vous être refusée.


Répondre honnêtement lors de la souscription du contrat

Les conséquences d’une omission ou d’une fausse déclaration sont lourdes en cas d’accident :

  • réduction des indemnités dues à l’assuré et remboursement par ce dernier d’une partie des sommes versées aux victimes ;
  • nullité du contrat en cas de mauvaise foi prouvée de l’assuré (l’assurance ne joue pas et l’assureur conserve la cotisation).


Vérifier l’assurance en cas d’emprunt ou de prêt de véhicule

L’obligation d’assurance incombe à celui qui conduit le véhicule. Si son propriétaire n’est pas l’utilisateur et qu’il n’en a pas la garde, sa responsabilité n’est pas engagée en cas d’accident de la circulation. En revanche, la responsabilité de la personne qui conduit le véhicule après l’avoir emprunté pourra être retenue. De plus, certains contrats d’assurance sont assortis d’une clause de conduite exclusive qui engage l’assuré à être le seul conducteur du véhicule. Dans cette hypothèse, si le véhicule a été prêté et que son conducteur a causé un accident, la franchise prévue dans le contrat d’assurance peut être majorée. Donc, avant de prêter ou d’emprunter un véhicule, il faut vérifier que l’assurance est en règle.


Ne pas conduire après avoir pris de la drogue ou en état d’ivresse

Lorsqu’un conducteur ayant pris de la drogue ou en état d’ivresse provoque un accident, sa garantie de responsabilité joue à l’égard des autres (y compris d’un passager) mais :

  • il ne recevra rien au titre de la garantie du conducteur s’il est blessé ;
  • il ne sera pas remboursé des réparations de son véhicule ;
  • il ne sera pas défendu par sa société d’assurances devant les tribunaux répressifs.

Bonus/ Malus

Le coefficient de réduction-majoration ou la clause de bonus-malus est un système de réduction-majoration de la prime d'assurance auto à chaque échéance annuelle, en fonction du comportement de l'assuré. La prime de base est alors réduite en l'absence de sinistre, ou majorée en fonction du nombre de sinistres enregistrés. Ainsi, si vous avez un bonus, vous payerez moins cher que la prime de référence alors que si vous avez un malus, vous payerez un tarif plus important.

Le bonus-malus prend comme référence la période de 12 mois consécutifs précédant de 2 mois l'échéance annuelle du contrat.​

Les sinistres pris en compte dans le calcul sont ceux qui comportent une part de responsabilité de l'assuré.

Certains sinistres en sont exclus, notamment :

  • les accidents de stationnement sans tiers identifié,
  • les vols,
  • les incendies
  • et les bris de glace.


Vérifier les limites territoriales du contrat avant de partir à l’étranger

La garantie de responsabilité civile joue lorsque le véhicule circule sur le territoire des Etats figurant sur la carte verte. Pour circuler sur le territoire d’un autre Etat, le conducteur doit demander une extension de garantie. S’il est impossible de s’assurer en France pour certaines destinations, le conducteur peut le faire à la frontière du pays concerné. En revanche, la couverture peut être plus réduite pour les garanties facultatives.

L’assurance au kilomètre

Nous proposons des contrats d’assurance automobile au kilomètre. Dans ce cas, le calcul de la cotisation prend en compte un kilométrage annuel limité à 10 000 km. Lors de la souscription du contrat, une déclaration sur l’honneur est remplie par le client dans laquelle il atteste ne pas avoir, au cours de l’année, dépassé le kilométrage limite. En cas de dépassement, la cotisation sera réajuster et en cas de sinistre, l'indemnisation peut ne pas être effectuée.

Pour chaque année sans accident responsable, l'assuré bénéficie d'une réduction de 5% de son coefficient de l'année précédente.

Il suffit donc de multiplier le coefficient de l'année précédente par 0,95 pour obtenir le coefficient de l'année, dans le cas où il n'y a pas eu d'accident responsable. Le coefficient est arrondi par défaut à 2 chiffres après la virgule.

La réduction maximale est fixée à 50 % (coefficient 0,50). Au-delà, le coefficient n'évolue plus.

Pour chaque accident responsable, l'assuré subit une majoration de 25 %.

Pour déterminer le coefficient qui en résultera, on prend le coefficient avant l'accident que l'on multiplie par 1,25.

Le coefficient maximal est fixé à 3,5.

Lorsque l'assuré est déclaré partiellement responsable de l'accident, la majoration est de 12,5 %. Dans cette hypothèse, le coefficient reviendra à nouveau à 1 s'il n'a pas d'accident responsable pendant 2 ans.

À savoir :

Si vous avez un coefficient de 0,50 depuis au moins 3 ans, le 1er accident responsable ne vous fait pas perdre votre bonus. Il vous faudra alors 3 ans sans accident responsable pour bénéficier à nouveau de cet avantage.

Besoin d'un devis rapide ?

Rendez-vous dès maintenant dans notre rubrique "demande de devis"